Info

Qu'est-ce que la confédération canadienne?

Qu'est-ce que la confédération canadienne?

Il y a environ 150 ans, les trois colonies britanniques du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard envisageaient la possibilité de former une union maritime. Une réunion a été organisée à Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard, le 1er septembre 1864. John A. Macdonald , premier ministre de la province du Canada (anciennement le Bas-Canada, maintenant le Québec, et le Haut-Canada, maintenant le sud de l’Ontario) a demandé si des représentants de la province du Canada pourraient également assister à la réunion.

Le contingent de la province du Canada s'est présenté au SS Queen Victoria, qui était bien fourni avec du champagne. Cette semaine-là, Charlottetown accueillait également le premier vrai cirque que l'Île-du-Prince-Édouard avait connu depuis vingt ans. L'hébergement des délégués de dernière minute était donc un peu court. Beaucoup sont restés et ont poursuivi les discussions à bord du navire.

La conférence a duré huit jours et le sujet est plutôt passé rapidement de la création d’une union maritime à la construction d’une nation transcontinentale. Les discussions se sont poursuivies lors de réunions officielles, de grands bals et de banquets, et l'idée de la Confédération a été globalement approuvée. Les délégués ont convenu de se revoir à Québec en octobre, puis à Londres, au Royaume-Uni, pour continuer à travailler sur les détails.

En 2014, l'Île-du-Prince-Édouard a commémoré le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown en organisant des célébrations tout au long de l'année dans toute la province. La chanson thème de l'Î.-P.-É. 2014, Toujours fort, capture l'ambiance.

La conférence de Québec de 1864

En octobre 1864, tous les délégués qui avaient assisté à la conférence précédente de Charlottetown ont assisté à la conférence à Québec, ce qui a simplifié l'obtention d'un accord. Les délégués ont élaboré de nombreux détails sur le système et la structure de gouvernement de la nouvelle nation et sur la répartition des pouvoirs entre les provinces et le gouvernement fédéral. À la fin de la Conférence de Québec, 72 résolutions (appelées "résolutions de Québec") avaient été adoptées et faisaient désormais partie intégrante de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique.

La conférence de Londres de 1866

Après la conférence de Québec, la province du Canada a approuvé le syndicat. En 1866, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse ont également adopté des résolutions en faveur d'un syndicat. L'Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve ont toujours refusé de s'y joindre. (L'Île-du-Prince-Édouard a adhéré en 1873 et Terre-Neuve en 1949.) Vers la fin de 1866, des délégués de la province du Canada, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse ont approuvé les 72 résolutions, qui sont ensuite devenues les "résolutions de Londres". En janvier 1867, la rédaction de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique a commencé. Canada-Est s'appellerait le Québec. Canada West s'appellerait l'Ontario. Il a finalement été convenu que le pays serait nommé le Dominion du Canada et non le Royaume du Canada. Le projet de loi a été rapidement adopté par la Chambre des lords britannique et par la Chambre des communes et a reçu la sanction royale le 29 mars 1867, avec le 1 er juillet 1867, date de l'union.

Pères de la Confédération

C'est déroutant d'essayer de savoir qui étaient les Pères de la Confédération canadienne. Ils sont généralement considérés comme les 36 hommes représentant les colonies britanniques d'Amérique du Nord qui ont assisté à au moins une de ces trois grandes conférences sur la confédération canadienne.